Flexitarienne sans gluten !

Flexitarienne sans gluten !

Le flexitarisme

Le flexitarisme (ou semi-végétarisme) est un néologisme qui désigne la pratique d'être flexible concernant le degré avec lequel on pratique le végétarisme ou le véganisme. Par exemple, un flexitarien peut manger végétarien chez lui, mais accepter de manger des plats incluant de la viande lors d'occasions particulières comme aller au restaurant, lors de repas en famille ou chez des amis.

De même que pour le végétarisme, les raisons amenant une personne à devenir flexitarien peuvent concerner la santé, le souhait d'un traitement plus juste des animaux, ou des préoccupations environnementales, ou combiner toutes ces raisons.

En 2003, l'American Dialect Society  a choisi le mot (anglais) flexitarian comme le néologisme le plus utile de l'année, le définissant comme « un végétarien qui mange occasionnellement de la viande ».

Source Wikipédia

 

 

Le flexitarisme, ou cette volonté de consommer moins de viande, peut être une réponse adaptée aux évolutions de notre monde moderne et de notre alimentation.

- c’est bon pour la santé : l’excès de viande rouge est pointé du doigt dans les problèmes d’obésité, de cholestérol, de maladies cardio-vasculaires, …

- c’est bon pour l’organisme : car les végétaux regorgent de bienfaits nutritionnels : protéines, eau, minéraux, vitamines, acides gras essentiels, fibres,…

- c’est bon pour le poids : en mangeant moins de viande et plus de végétal, on réduit l’apport énergétique, les graisses saturées, et le cholestérol

- c’est bon pour le porte-monnaie : manger d’autres sources de protéines animales (comme les œufs par exemple), et plus de protéines végétales (issues des légumes frais, des légumineuses, des céréales, ou du soja) permet de faire des économies

- c’est bon pour toute la famille : le flexitarisme est un mode d’alimentation qui convient à tous, permettant notamment aux plus jeunes de découvrir la diversité alimentaire et aux plus grands de redécouvrir des saveurs oubliées (lentilles corail, quinoa, millet, épeautre, kamut, sarrasin,…)

- c’est bon pour la planète : diminuer la consommation de viande, c’est atténuer les effets néfastes de l’élevage sur notre planète (émission de gaz à effet de serre, cultures intensives, consommation excessive d’eau potable…)

- c’est bon pour la fertilisation des sols : les légumineuses sont de véritables engrais verts qui fertilisent naturellement les sols et sont très utilisées dans la rotation des cultures.

- c’est bon pour nos cultures : il faut cinq à dix fois plus de surface pour produire la même quantité de protéines sous forme animale que sous forme végétale. La production de légumineuses permet donc d’économiser à la fois des surfaces cultivables et de l’énergie.

 

En pratique:

La chair animal peut être consommée occasionnellement mais en privilégiant la viande blanche et en intégrant également du poisson ou des œufs dans son alimentation pour leurs protéines de bonne qualité.

Les fruits et les légumes font partie des incontournables, de préférence de saison et cultivés localement. On les prépare soi-même tout comme le reste du repas (vinaigrettes,  desserts, pâtes à tarte etc…), le plus souvent avec des produits frais.

Les céréales et les légumineuses sont à associer durant un même repas pour proposer une véritable alternative aux protéines animales afin d’équilibrer les apports en acides aminés essentiels.

Les produits de base sont non raffinés (pas de sucre blanc, pas de farines blanches, pas de pain blanc), les acides gras saturés limités (la viande rouge et le beurre notamment). Et une petite gourmandise sucrée est la bienvenue de temps en temps.

Le flexitarisme est généralement pris en compte par des consommateurs avertis mais gourmands, experts en nutrition, qui achètent Bio, préfèrent les emballages recyclés, et réalisent souvent un compost naturel.

Source Bjorg



14/06/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Santé & Bien-être pourraient vous intéresser